Sélectionner une page

Les avantages de la médiation en entreprise, une pratique largement présente dans les pays anglo-saxons, ne sont plus à démontrer. Entre réduction des coûts liés au conflit, et apaisement du climat social en entreprise, les entreprises françaises ont de plus en plus recours à la médiation, reconnaissant les atouts de ce mode alternatif de résolution des conflits. Quels sont donc les atouts de la médiation en entreprise ? La réponse avec Antonino Mercuri.

Une méthode personnalisée et rapide

Quand les tentatives de la direction pour la résolution d’un conflit interpersonnel échouent, elle peut choisir de confier cette mission à un médiateur professionnel extérieur à l’organisation. Ce faisant, elle profite d’une méthodologie d’accompagnement personnalisé qui permet, en l’espace de quelques réunions entre les parties opposées, d’aboutir à un accord satisfaisant et mettre un terme au conflit.

Maîtrise des coûts

Un conflit mal géré peut donner lieu à des mois de blocage, avec les coûts financiers importants que cela implique pour l’entreprise, surtout quand une procédure judiciaire est engagée et s’éternise. L’avantage de la médiation est que sa durée est maîtrisée. Elle sera donc beaucoup moins onéreuse qu’un procès.

Participer à la résolution du conflit

Il est faux de penser que le médiateur a pour rôle de trouver une solution à la place des acteurs ou de les conseiller. Son rôle est de faciliter le dialogue entre les parties opposées. Aussi, l’un des principes fondateurs de la médiation en entreprise est que seules les personnes concernées sont à même de trouver une solution satisfaisante. Ainsi, on dit qu’un médiateur ne fait pas, mais « fait faire », notamment en s’assurant que le dialogue a lieu d’égal à égal, tout en veillant à ce que les décisions soient obtenues de manière consensuelle. Par ailleurs, lorsqu’il s’agit d’un conflit opposant un salarié à sa hiérarchie, le médiateur s’assure que les acteurs sont sur un même pied d’égalité, et recueille les propositions de chacun pour que l’accord soit consensuel et non forcé.

La neutralité du médiateur

Vous l’aurez compris, le rôle du médiateur n’est pas d’imposer sa solution, car il n’est ni un arbitre, ni un conciliateur, ni un négociateur. Il est, au contraire, tenu d’avoir une posture neutre, impartial et indépendante. Professionnel de la résolution de conflit, il a des connaissances poussées en techniques de communication, notamment du point de vue de l’écoute active. Il adopte un comportement qui facilite la discussion entre les parties opposées, et garantit un cadre bienveillant et respectueux.

Confidentialité de la démarche

Le médiateur et les parties en conflits doivent observer un devoir de confidentialité des débats et de l’accord obtenu. Ainsi, le médiateur s’engage à ne produire aucun rapport ou compte rendu à la direction de l’entreprise.

Faciliter les relations interpersonnelles futures

Quand le processus de médiation aboutit à une solution acceptable pour les parties opposées, cela contribue à la restauration du dialogue entre les équipes salariées. Cela a pour conséquence de faciliter les relations interpersonnelles futures entre les salariés, ce qui améliore indéniablement le climat du travail et, partant de là, les performances de l’entreprise.